• Débranche !La loi Travail, également appelée loi El Khomri du 21 juillet 2016 a introduit le « droit à la déconnexion » dans son chapitre II intitulé "Adaptation du droit du travail à l'ère du numérique".

    Pour autant la loi n’a pas prévu de définition claire et précise du droit à la déconnexion, se bornant à renvoyer aux partenaires sociaux le soin de fixer « les modalités du plein exercice par le salarié de son droit à la déconnexion et la mise en place par l'entreprise de dispositifs de régulation de l'utilisation des outils numériques, en vue d'assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale » (article L2242-17-7° du code du travail).

    A défaut d'accord en ce sens, le texte prévoit que « l'employeur élabore une charte, après avis du comité social et économique. Cette charte définit ces modalités de l'exercice du droit à la déconnexion et prévoit en outre la mise en œuvre, à destination des salariés et du personnel d'encadrement et de direction, d'actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques ».

    Cette imprécision sur les mesures que l’employeur est censé prendre pour respecter le droit à la déconnexion est une source d’insécurité juridique dans la mesure où la jurisprudence sanctionne la violation du droit à la déconnexion.

    Ainsi dans une décision du 6 avril 2022 (n° 19/12178), la Cour d'appel de Paris a relevé que le salarié établissait « avoir travaillé les dimanches 26 avril 2015, 4 décembre 2016, 5 mars 2017, 12 et 19 mars 2017, 14 mai, 4 et 11 juin 2017, notamment sur sollicitation de son supérieur hiérarchique ».

    Elle en a déduit que cela caractérisait le non-respect du droit à la déconnexion et du droit au repos pendant 35 heures consécutives chaque semaine et a alloué au salarié une somme de 15.000 € en réparation du préjudice subi.

    Bonnes vacances !

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Sacro-saint formalismeEn droit du travail, le formalisme est omniprésent et s’en affranchir peut coûter cher.

    C’est l’histoire d’un employeur qui ferme sa boutique en raison de difficultés économiques et qui notifie son licenciement économique à la responsable du magasin. Ni les difficultés économiques, ni la suppression de poste ne sont contestables ; elles ne sont d’ailleurs pas contestées.

    Seulement voilà : la lettre de licenciement informe seulement la salariée de la fermeture de l’établissement au sein duquel elle occupait son emploi et de la suppression corrélative de ce dernier, sans préciser la raison ayant présidé à la fermeture de l’établissement, à savoir les difficultés économiques, pourtant avérées.

    C’est cette carence rédactionnelle qui est sanctionnée par la Cour de cassation qui, dès lors, invalide le licenciement : « La seule fermeture d’un établissement ne peut constituer une cause économique de licenciement que si elle est justifiée par des difficultés économiques ou par la nécessité de sauvegarder la compétitivité de l’entreprise. Le défaut de motivation de la lettre prive le licenciement de cause réelle et sérieuse » (Cour de cassation, Chambre sociale, 15 juin 2022, 20-20.244).

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Les collègues ont des oreillesUn motif tiré de la vie personnelle du salarié ne peut justifier un licenciement disciplinaire.

    Oui, mais il y a des limites.

    L’une d’entres elles est l’obligation de loyauté, qui est inhérente au contrat de travail, à telle enseigne qu’elle n’a pas à y être inscrite expressément pour pouvoir être invoquée par l’employeur (comme d’ailleurs par le salarié puisqu’il s’agit, on l’oublie parfois, d’une obligation réciproque).

    Cette obligation résulte de l’article L1222-1 du code du travail, selon lequel « Le contrat de travail est exécuté de bonne foi ».

    Dans cette affaire (Cour de cassation, Chambre sociale, 15 juin 2022, 21-10.572), l’employée d’une entreprise de carrosserie avait déclaré un soir après le travail, à l’un de ses collègues, devant deux autres membres de l’entreprise, qu’il était, selon son patron, « le pire peintre de l’entreprise ».

    Licenciée pour avoir tenue des propos dénigrants à l’égard des dirigeants de la société, de nature à diffuser une mauvaise image de l’entreprise, l’intéressée contestait son licenciement en soutenant que ses propos, tenus en dehors du temps et du lieu de travail, ne constituait pas un manquement à son obligation de loyauté et relevait de sa liberté d’expression.

    A tort, selon la Cour de Cassation : « même si ces propos avaient été tenus en dehors du temps et du lieu du travail, ils avaient été adressés à un autre salarié de l’entreprise afin de donner une mauvaise image de ses dirigeants et créer un malaise entre ces derniers et les membres du personnel », ce dont la Cour d’appel a pu déduire qu’ils caractérisaient un manquement de la salariée à son obligation de loyauté découlant de son contrat de travail.

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Quand le temps partiel se transforme en temps complet, l’air de rien…Cet employeur (une société de sécurité privée) pensait employer son salarié (un agent de sécurité) à temps partiel, puisqu’en effet le contrat de travail prévoyait un horaire de 50 heures de travail par mois.

    Mais c’était sans compter avec l’article L. 3123-17 du code du travail, qui prévoit que « les heures complémentaires ne peuvent avoir pour effet de porter la durée hebdomadaire du travail accomplie par un salarié au niveau de la durée légale du travail ».

    En l’occurrence, les heures effectuées par le salarié avaient eu pour effet de porter sa durée hebdomadaire de travail légèrement au-dessus du niveau de la durée légale puisqu’il avait accompli, sur une semaine 36,75 heures, soit 1h75 de plus que la durée légale.

    Le salarié intentait alors une procédure afin de voir requalifier son contrat de travail à temps partiel en contrat de travail à temps complet.

    Il était d’abord débouté par la Cour d’appel au motif que la durée du travail était fixée mensuellement, de sorte que la réalisation, durant une semaine, d’un horaire légèrement supérieur à la durée légale hebdomadaire, alors que l’horaire mensuel demeurait inchangé, ne saurait entraîner la requalification de ce contrat à temps partiel en contrat de travail à temps plein.

    A tort, selon la cour de Cassation qui, appliquant rigoureusement le texte, juge qu’en statuant ainsi, alors que l’accomplissement d’heures complémentaires avait eu pour effet de porter la durée du travail accomplie par le salarié à un niveau supérieur à la durée légale du travail, la Cour d’appel aurait dû en déduire que le contrat de travail à temps partiel devait, à compter de ce dépassement, être requalifié en contrat de travail à temps complet (Cour de cassation, Chambre sociale, 15 septembre 2021, 19-19.563).

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Congés payés : qui ne dit mot consentLa période au cours de laquelle les congés payés peuvent être pris est fixée par la convention collective applicable dans l’entreprise, un accord collectif ou à défaut, par l’employeur. C’est l’employeur qui détermine les dates et l'ordre des départs en congés après avoir éventuellement demandé aux salariés leurs choix. L'employeur peut alors accepter ou refuser leurs souhaits selon les demandes des autres salariés de l’entreprise.

    Pour fixer l'ordre des départs en congés, l'employeur doit prendre en compte différents critères fixés par l’article L.3141-16 du Code du travail (situation de famille, ancienneté, activité éventuelle chez un ou plusieurs autres employeurs).

    Dans l’affaire qui a donné lieu à l’arrêt de la Cour de cassation, Chambre sociale, du 6 avril 2022 (n°20-22.055), le salarié avait formé une demande de congés puis, sans réponse formelle de son employeur, il s’était absenté selon son souhait, ce qui lui avait valu un avertissement.

    Avertissement annulé puisqu’en effet, selon les juges, « il n’était pas établi que l’employeur avait expressément formulé un refus, en sorte que le salarié avait pu considérer que sa demande était acceptée ».

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Rupture conventionnelle : jusqu'où peut-on mentir ?C’est un salarié qui invoque un supposé projet de reconversion professionnelle pour obtenir la rupture conventionnelle de son contrat de travail ; mais son employeur découvre qu’il n’en était rien puisque, aussitôt le contrat rompu, il voit son ancien collaborateur embauché par une société concurrente, comme directeur commercial…

    Estimant avoir été trompé, l’employeur saisi la juridiction prud’homale d’une demande de nullité de la rupture conventionnelle. En effet, la rupture conventionnelle peut être annulée si le consentement d’une des parties a été vicié, par exemple si l’une des parties a trompé l’autre par des manœuvres (stratagème, mensonge, silence sur un élément important, etc.).

    La Cour d’appel lui donne raison et requalifie la rupture conventionnelle en démission (le salarié doit alors rendre l’indemnité de rupture perçue).

    Mais la Cour de cassation ne valide pas cette solution (Chambre sociale, 11 mai 2022, n° 20-15.909).

    Elle rappelle que, pour que la nullité soit encourue, il est nécessaire que les manœuvres pratiquées soient telles qu'il soit évident que, sans ces manœuvres, l'autre partie n'aurait pas contracté, ce que n’avait pas suffisamment vérifié la Cour d’appel en l’occurrence.

    L’affaire sera donc rejugée et l’employeur devra prouver que le mensonge du salarié a été déterminant et qu’il n’aurait pas consenti à la rupture conventionnelle s’il en avait connu l’existence.

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Cogner son collègue : c'est possible !Nul ne disconviendra que se livrer à des violences physiques contre ses collègues de travail est assurément constitutif d’une faute grave justifiant un licenciement.

    C’est ce que pensait cette association caritative qui avait licencié, sur ce fondement, l’une de ses salariées, affectée à un poste d’« animatrice écoutante » au pôle de réception des appels au « 115 ».

    En effet, l’intéressée avait porté un coup à la tête de sa collègue en la menaçant de mort, ce qui avait provoqué l’interruption du service et profondément choqué la dizaine de salariés présents.

    A tort, selon le Cour de Cassation, qui a estimé que les faits reprochés à la salariée s’étaient produits en réaction à l’agression subite et violente dont elle avait été victime de la part de son collègue, dans un contexte professionnel de tension psychologique et de fréquentes altercations, de sorte que la cour d’appel avait pu retenir que ces faits ne caractérisaient pas une faute grave, ni même une cause réelle et sérieuse de licenciement (Cour de cassation, Chambre sociale, 20 octobre 2021, 20-10.613).

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Dura lex sed lex (la loi est dure mais c'est la loi)Selon l’article L1233-3 du code du travail, un licenciement pour motif économique peut être prononcé lorsque l’entreprise connait des « difficultés économiques ».

    Le même texte prévoit que l’entreprise est réputée justifier de « difficultés économiques » lorsqu’elle accuse « une baisse significative des commandes ou du chiffre d'affaires (…) dès lors que la durée de cette baisse est, en comparaison avec la même période de l'année précédente, au moins égale à :

    a) Un trimestre pour une entreprise de moins de onze salariés ;

    b) Deux trimestres consécutifs pour une entreprise d'au moins onze salariés et de moins de cinquante salariés ;

    c) Trois trimestres consécutifs pour une entreprise d'au moins cinquante salariés et de moins de trois cents salariés ;

    d) Quatre trimestres consécutifs pour une entreprise de trois cents salariés et plus ».

     

    Dans son arrêt rendu le 1er juin 2022 (n°20-19.957), la Cour de cassation applique strictement ces dispositions.

    Dans cette affaire, la salariée avait été licenciée le 2 juillet 2017 pour motif économique en raison des difficultés économiques rencontrées par son employeur ; elle contestait son licenciement, au motif notamment que son employeur avait connu une augmentation de chiffre d’affaires sur le premier trimestre de l’année 2017.

    La Cour d’appel de Poitiers ne l’avait pas suivie et avait considéré que le licenciement était fondé après avoir relevé qu’une baisse significative des commandes ou du chiffre d’affaires était constituée dès lors qu’il était justifié du recul de quatre trimestres consécutifs de chiffre d’affaires sur l’année 2016 par rapport à l’année 2015 (en recul de 22.835 millions), la modeste augmentation de 0,50 % du chiffre d’affaires du premier trimestre 2017 par rapport à celui de 2016 n’étant pas suffisant pour signifier une amélioration tangible des indicateurs.

    La Cour de cassation n’a toutefois pas suivi cette analyse et a cassé l’arrêt de la Cour d’appel de Poitiers après avoir rappelé que : « selon la jurisprudence constante de la Cour de cassation, le juge doit se placer à la date du licenciement pour apprécier le motif de celui-ci » ; qu’ « il en résulte que la durée d’une baisse significative des commandes ou du chiffre d’affaires, telle que définie par l’article L. 1233-3, 1°, a) à d), du code du travail, s’apprécie en comparant le niveau des commandes ou du chiffre d’affaires au cours de la période contemporaine de la notification de la rupture du contrat de travail par rapport à celui de l’année précédente à la même période ».

    Qu’ainsi, « dès lors que la Cour d’appel avait constaté que la durée de la baisse du chiffre d’affaires, en comparaison avec la même période de l’année précédente, n’égalait pas quatre trimestres consécutifs précédant la rupture du contrat de travail pour cette entreprise de plus de trois cents salariés, elle ne pouvait en conséquence considérer que le motif économique était caractérisé ».

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • Obligation de confidentialité et réseau socialL’obligation de confidentialité est une composante de l’obligation de loyauté.

    L’obligation de loyauté est une obligation inhérente au contrat de travail, qui n’a nul besoin d’y figurer en toutes lettres pour être applicable à toute relation de travail ; elle découle du principe d’exécution de bonne foi des conventions reconnu par l’article L.1222-1 du Code du travail, qui rappelle simplement que « le contrat de travail est exécuté de bonne foi ».

    Cette exigence se traduit, pour le salarié, par une obligation de ne pas nuire à la bonne exécution du contrat de travail et de ne pas porter atteinte aux intérêts de l’employeur.

    L’une des déclinaisons de l’obligation de loyauté est l’obligation de confidentialité, en vertu de laquelle le salarié est tenu par un devoir de discrétion aussi bien dans l’enceinte de l’entreprise qu’à l’extérieur. Cette obligation, ayant notamment pour but de préserver le savoir-faire propre de l’entreprise, elle met à la charge du salarié une interdiction de divulguer les informations à caractère confidentiel dont il aurait eu connaissance dans le cadre de ses fonctions.

    Lorsque l’employeur estime que son activité présente des risques accrus ou mérite une protection particulière, une clause de confidentialité peut être insérée dans le contrat de travail afin de rappeler cette obligation et d’en faciliter, le cas échéant, la sanction.

    Tel était le cas dans l’affaire jugée par la Cour d’appel de Paris le 23 février 2022 (Pôle 6 - chambre 10, n° 19/07192).

    Le chef de projet d’une société du groupe Safran avait publié sur le réseau social LinkedIn, deux images de coupes d’un moteur extraites de documents internes et il fût licencié pour cette raison.

    A juste titre, selon les juges : « il résulte suffisamment des éléments d’appréciation produits que les images publiées provenaient de documents internes qui n’étaient pas destinés à une publication sur un réseau social, et dont M. X n’a pu avoir connaissance que dans l’exercice de ses fonctions, et qu’il les a utilisées, sans vérifier s’il pouvait le faire, au regard des règles de confidentialité internes auxquelles il était soumis ; Il doit en être déduit, et peu important à cet égard le degré de classification de ces documents ou la circonstance que les images du moteur étaient l’objet d’un poster affiché dans les locaux professionnels, qu’il s’agit d’un manquement avéré de M. X à son obligation de confidentialité et de respect du secret professionnel rappelée par son contrat de travail ».

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It

  • La mauvaise blague au mauvais moment« Vous savez c’qu’on dit à une femme qu’a déjà les deux yeux au beurre noir ? on lui dit plus rien : on vient déjà de lui expliquer deux fois ! ».

    C’est à la suite de ce trait d’humour qu’un animateur télé de France 2, invité sur le plateau d’une émission de divertissement d’une chaîne concurrente, a été licencié pour faute grave.

    Contestant cette décision, l’intéressé a contesté le bien fondé de son licenciement jusque devant la Cour de cassation, mais son pourvoi a été rejeté (Cour de cassation, chambre sociale, 14 avril 2022, n° 20-10852).

    Après avoir rappelé le principe de la liberté d’expression, consacrée sur le plan général par l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et plus précisément en droit du travail par l’article L.1121-1 du code du travail, les juges ont cependant estimé, qu’en l’occurrence, le salarié avait commis un abus de cette liberté de sorte qu’il ne pouvait pas bénéficier de la protection attachée à son exercice.

    Pour en décider ainsi, les juges ont notamment relevé que cette sortie « humoristique » était intervenue au moment où l’actualité médiatique était mobilisée autour de la révélation d’une affaire de violence envers les femmes ; que quelques jours auparavant, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence faite aux femmes, le Président de la République avait été annoncé des mesures visant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles, rappelant que 123 femmes étaient décédées sous les coups, en France, au cours de l'année 2016.

    Ils ont également souligné que les propos avaient été tenus lors d’une émission diffusée en direct, à une heure de grande écoute ; que le salarié, dans les jours suivants, s’était vanté d’avoir ainsi « fait son petit buzz » et avait adopté une attitude déplacée vis-à-vis d’une candidate malgré les mises en garde de son employeur.

    Ils en ont déduit que compte tenu de l’impact potentiel des propos réitérés du salarié, reflétant une banalisation des violences à l’égard des femmes, sur les intérêts commerciaux de l’employeur, cette rupture n’était pas disproportionnée et ne portait pas une atteinte excessive à la liberté du salarié.

    Me Manuel Dambrin

     

    Pin It





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires